Bienvenue sur la recherche d'horaires d'ouverture de "Horaires-Commerces.fr"

Recherchez votre commerce :

haut de la page

FNAC

Fnac, un agitateur de curiosité auquel on ne peut qu'adhérer !

Qui n'a jamais été faire un tour à la Fnac pour acheter les derniers produits high-tech ou simplement flâner ? Mais connaissez-vous toute l'histoire de cette petite enseigne parisienne aujourd'hui devenu groupe international ?

69 ans de succès et de moments-clefs

La Fnac a été fondée en 1954 par Max Théret rejoint plus tard par André Essel. A l'origine Fnac signifiait "Fédération Nationale d'Achats". Les produits vendus étaient des carnets d'achats tout publics pour ceux qui voulaient les acheter moins cher. Le cigle changea et devint "Fédération Nationale d'Achats des Cadres". En effet, 80% des consommateurs étaient des cadres. Les produits vendus aujourd'hui n'ont plus grand chose à voir avec ceux de l'époque, ni les concurrents de la marque d'ailleurs. Au lancement, le principal rival de la Fnac était l'Economie Nouvelle.

Le tout premier magasin fut ouvert sur le Boulevard Sébastopol en plein coeur de Paris, dans le 4ème arrondissement. Le deuxième fut ouvert quelques années plus tard avenue de Wagram dans le 17ème arrondissement. 1970 signe l'arrivée des premiers et principaux actionnaires de la Fnac : Paribas et UAP. C'est par la suite que la Fnac commence à s'implanter partout en France. 1980 marque un tournant dans l'histoire de la chaîne de magasins avec son entrée en bourse. L'année qui suit, la Fnac s'exporte à l'international en commençant par ouvrir son premier magasin en Belgique. Par la suite le groupe ouvrira des magasins en Suisse, en Espagne, en Grèce, en Italie, au Portugal, au Brésil et enfin au Maroc plus récemment.

Au fil des décennies de nombreux produits s'ajoutent à la liste : jeux et jouets dans les années 1970, articles de sport pendant la même période, articles culturels... Le groupe Fnac est racheté par la GMF en 1985. L'enseigne revend sa partie articles de sports à un concurrent spécialisé : Go Sport, en 1997. Le groupe Fnac passe aux mains de la CGE (partie du groupe Crédit Lyonnais). Puis c'est en 1994 que la Fnac est revendue au célèbre homme d'affaires français, François Henri Pinault, propriétaire du groupe PPR (Pinault, Printemps, Redoute).

L'enseigne affirme sa position de leader dans la vente de produits culturels et a même lancé des environnements dédiés aux enfants : Eveil & jeux en 1989 et Fnac junior en 1997. Ces deux entités fusionnent en 2004. Par la suite la Fnac ajoutera à son environnement culturel des produits High Tech tels que des appareils photos, des téléphones portables, du matériel informatique (ordinateurs, imprimantes, consommables), des télévisions, du matériel de sono, des jeux vidéos et une billetterie de spectacles.

C'est vers le milieu des années 2000 que les choses se compliquent puisqu'en 2007 le groupe se sépare de près de 1000 salariés. Ceci est en partie dû à la crise du marché du disque qui sévit. D'autres mesures de ce type auront lieu en 2009 puis 2012. Le célèbre magasin de musique de la place de la Bastille à Paris fermera ses portes en 2009. Le groupe vend sa filiale de jeux pour enfants début 2010. Cette marque est aujourd'hui connue sous le nom d'Oxybul Eveil et jeux.

Pour finir cette retrospective, nous ne pouvons que citer la création des prix littéraires comme le prix Goncourt des lycéens (1988) ou le prix de la BD Fnac en 2013, qui ont participé à la notoriété de ce grand groupe.

L'année prochaine, la Fnac fêtera donc ses 70 ans ! Un évènement qui devrait faire parler de lui.

La Fnac à l'heure du digital

Au milieu des années 2000, la Fnac a commencé à subir de plein fouet la crise du marché du disque due au téléchargement illégal de musique sur Internet. Les ventes de CD ont chuté de plus de 20%. Pourtant la Fnac n'était pas novice en matière d'économie digitale puisque la marque a lancé son site internet français www.fnac.com en 1999. Face à ce constat économique, la Fnac a également lancé son offre d'achat de musique en ligne : FnacMusic. La concurrence du géant Apple et son site iTunes est rude. La Fnac ne fait pas le poids et ferme sa plateforme de musique en ligne en octobre 2012.

Aujourd'hui le site Internet de la Fnac vend tous les produits disponibles en magasins, y compris les billets de spectacles et a en plus ouverts une market place où d'autres vendeurs, professionnels et particuliers, peuvent vendre leurs produits. Cette plateforme fonctionne comme celle d'Amazon, le principal concurrent de la Fnac.

Le site internet a permis à l'enseigne de capter une audience supplémentaire. La marque propose des tarifs attractifs en ligne ainsi que des exclusivités. Son programme de fidélisation des adhérents lui permet de toucher une cible supplémentaire. Ceci a permis au groupe d'enregistrer en 2012 un chiffre d'affaires de plus de 4 milliards d'euros et un résultat net de 85 millions d'euros.

La Fnac tient à conserver sa place de géant historique en matière de vente de produits culturels sur un marché où la concurrence est rude. Pour s'impliquer encore plus dans la vie littéraire et séduire les différents publics, l'enseigne a créé plusieurs prix : le prix Goncourt des lycéens en 1988, le prix du roman Fnac en 2002, le prix du Public en 2003 et enfin le prix de la BD cette année.

La particularité de la Fnac est ce qui a fait son succès et ce qui lui a permis de se différencier de ses concurrents. Il s'agit de la qualité de ses vendeurs. En effet, l'enseigne n'embauchait que des passionnés (littérature, musique, films) pour gérer ses différents rayons. Aujourd'hui la Fnac invite des artistes musicaux, des stars de cinéma ou de jeux vidéos et organise des show case, des interviews et des séances de dédicaces dans certains de ses magasins. Cela permet à l'enseigne de se rapprocher de ses consommateurs et de leur apporter une relation supplémentaire avec leurs artistes préférés. De quoi maintenir, voire relancer ses ventes...

www.fnac.com

Les commerces du groupe FNAC

Tweet